Atelier-jonque de géométries spirituelles

dimanche 18 mai 2008

G.C.P. (2) - Antipodes



Carte antipodale (wiki)

Un objectif majeur de l’alchimie, de la psychologie des profondeurs et de nombreuses traditions spirituelles est celui de la réunion des opposés. Cette conjonction est bien sûr au cœur d’une géométrie spirituelle.
Depuis mardi dernier (GCP-1), j’ai redemandé à Google Earth le tracé du Chemin du Grand Cercle, plein Est en partant de Paris, et il m’a renvoyé ces images capturées rapidement (petits formats).
Voir map.talleye et suivre le lien G’Earth.

......
3 vues du Chemin du Grand Cercle (G.C.P.)

La ligne rouge qui ondulait gracieusement sur le ventre de la Terre est donc illusoire et ne vaut qu’à cause du mode de projection qui "platifie" le globe. C’est la faute à Mercator !
Sur G’Earth, la ligne y est bien droite mais ne résout pas le mystère du passage par la Mer noire (après le Sommet noir, tout est possible), l'Arménie, l’Iran des Soufis, le Pakistan, l’Inde des Bouddhas, l’Australie des Hommes vrais, et plus loin le Mexique des Mayas (sources de sagesses...). Et dans les environs immédiats, le long du chemin (path) : l’île de Pâques, la ville de Panama (un des surnoms de Paris), St Domingue, les Bermudes… Ça fait beaucoup...

La région intéressante est celle de nos imaginaires d’enfants qui supposent que, sous nos pieds, des semblables bipèdes marchent la tête en bas parce qu’ils sont à l’opposé géométrique de chez nous. A l’époque et à tort, on en créditait les chinois, qui sont bien plus au Nord.
L’espace réellement opposé au nôtre, par conséquent attirant et symbolique, se trouve autour du Point (ici en rouge) – rencontre de l’horizontal et du vertical pour le navigateur (voir billet précédent) : le plateau de Campbell.


Plateau de Campbell (wiki)

Cette région mythique et pourtant bien réelle, a été chargée de rêves et projections fantasmatiques car "tout y est à l’envers", y compris l’inverse de nos limites. Elle confirmait l’intuition que l’on avait du paradoxe vivant.
Du point de vue géométrique, un tel lieu prouverait que nous avons un pôle opposé à ce que nous croyons être nous même.
(Antipode : « Pied au dessus de la tête »)





Hartmann Schedell, Chroniques de Nuremberg, 1493, extraordinaire recueil d’imaginations gravées et réelles !
Les graveurs sont : Michael Wolgemut (1434/37–1519), et Wilhelm Pleydenwurff (1460–1494).
Wolgemut était le maître d’Albrecht Dürer.

La deuxième gravure est dédiée à iPapy.


.

4 commentaires:

Astrale a dit…

très belle galerie, de gravures, certaines sont très étranges!!

Chronophonix a dit…

Je suis allé sur "map-talleye", et de là sur google-earth : fascinant de suivre le tracé du "grand cercle". Pas du tout le tracé que j'aurais imaginé. Encore une découverte, c'est ce qui est passionnant avec la vie, c'est qu'il y a tout le temps quelque chose à découvrir!

lechantdupain a dit…

Oui et tu as fait du bon travail Arpenteur de la Terre et du Ciel. Hier matin avant de me rendre au travail, je me suis régalé à suivre ton itinéraire et les liens proposés. être ici et ailleurs en même temps, étonnant non ce que nous pouvons imaginer... Bonne journée Jean-Pierre et merci pour la référence :)

djaipi a dit…

merci à vous tous, j'ai un peu de mal à suivre la cadence (sidérale :-)des com' dernièrement, mais ces plaisirs partagés sont réjouissants!