Atelier-jonque de géométries spirituelles

mercredi 29 août 2007

Infinimmense



Le cyberespace est une constellation spectaculaire et vertigineuse d'après cette image de la topologie du web. Déjà, en juillet (voir note), j’avais été étonné par le marché des espaces virtuels comme autant de cartographies du mental et de l’illusion. Il semble que cela fasse partie des caprices de l’uranographie, excitée par son propre aspect ludique. On y rencontre d’ailleurs des cybermonstres savoureux (surtout pour des pratiquants de la non-dualité).

La blogosphère elle-même est un labyrinthe de miroirs. NeD blog n’est-il qu’une projection (de plus), un reflet, une Jonque fantôme, une ombre sur la paroi virtuelle d'un espace-caverne ?
Un blog est-il, comme chacun de nous, un écran (le rectangle de l'image ci contre) sur lequel un rayonnement produit plusieurs images ?
Ou bien est-il, un véhicule pour la pratique, un zafu amphibie (il le faut pour surmonter les déferlantes du cybermental), mais dévoué à cette géométrie spirituelle qui émane de la Source intarissable ?

Voici donc un nouvel épisode de la cartophilie qui règne encore à bord, avec les topologies du web et de l’Univers, où se pose le problème de l’illusion cosmique d’une façon similaire à celle décrite par les Instructeurs, avec J.P. Luminet qui dessine une nuance intéressante entre l’infini et l’immense.
Nous serions bel et bien analogues au macrocosme : petits mais vivants, chiffonnés mais créatifs, immenses mais pas infinis… L'hypothèse d'une cartographie de l'être est-elle à l'horizon?
La suite est dans Cartophilie (9)
Bonne journée.

Images: CyberEspace (nicolas-guillard.com), gravitational lensing (Hubblesite)

4 commentaires:

Ezrah a dit…

ça donne un peu le vertige tout ça, non ? ;)

djaipi a dit…

Ah ! S’il n’y avait que ça qui donne le vertige… :-) Il y a des illusions qui me semblent bien plus « spiricides », et ce ne sont pas seulement des illusions d’optique. Le Mollock est habile pour nous faire croire à quelque chose que nous ne sommes pas. Ces analogies cosmiques confirment la grandeur de notre petitesse et vis et versa. (Oui, d’accord, je n’ai pas pu résister à celle là :-)
Avons-nous vraiment le choix ? Refuser ce vertige ne fait qu’en provoquer un autre, celui de la certitude horizontale, de l’arrogance idéologique et de la suffisance matérialiste. Is’nt it?
Amicalement

ariaga a dit…

Un petit bonjour et une vérification informatique. Bises.

djaipi a dit…

Oui, ça remarche... vous voyez bien...:-)
Bises scolaires